Confinement : C'est dur AUSSI pour les enfants !

❗️Confinement Parents / Enfants : C’est dur AUSSI pour les enfants!

Nous voyons beaucoup sur les réseaux sociaux des images humoristiques (ou pas) montrant que rester cloitrés à la maison avec ses enfants peut devenir difficile voir invivable, surtout dans la situation actuelle : incertaine et anxiogène.

👉Mais l’inverse est vrai aussi : C’est dur pour les enfants d’être confinés avec leurs parents !

Pourquoi est-ce si dur en dehors des limites physiques et territoriales que cela imposent ? :

👉Certains enfants se font du soucis pour leurs grands-parents, famille, nounous, copains, instits, profs, papa ou maman avec lequel ils ne vivent pas si ils sont séparés … Toutes ces personnes leur manquent , tant de façon concrète si ils étaient habitués à les voir souvent, que par projection de risquer de ne pas les revoir si ils les voient moins souvent…

👉Certains enfants souffrent du climat relationnel avec leur parents, avec des tensions parfois déjà existantes exacerbées, auxquelles s’ajoutent la pression des fameux « devoirs » . Devoirs pouvant aussi créer des tensions au sein de la fratrie selon les quantités (différentes) et les capacités d’apprentissage de chacun.

👉Certains enfants souffrent de la relation « tendue », de leurs parents entre eux : des parents qui se ‘font la gueule’, s’évitent, s’agacent , s’irritent, crient… Car là encore, ce qui pouvait être évité/atténué dans un quotidien « normal » , explose!

👉Certains enfants souffrent de cette fratrie trop présente, pesante, accentuant les chamailleries , les conflits de territoires… Ou encore, d’autre de solitude, car enfants uniques ou séparés de leur fratrie , pour laquelle ils peuvent s’inquiéter par ailleurs.

👉Certains enfants souffrent, dans le cas de parents séparés , de ne pas pouvoir voir leur « autre » parent, ou encore, appréhendent de devoir rester plus longtemps que d’habitude avec lui, alors que le vivre ensemble est déjà difficile , ou qu’ils n’y sont pas habitués.

👉Certains enfants s’inquiètent pour l’Avenir en général, baignants dans des informations plus anxiogènes les une que les autres, dont ils ne comprennent pas tout les tenants et aboutissants… ni nous dailleurs…

🙏Biensûr, et heureusement, il y a plein d’enfants pour lesquels , sans dire que cela se passe toujours bien, vivent cette période avec moins de dommages collatéraux, voir même la joie de pouvoir prendre de temps et profiter :)

Quoi qu’il en soit, et pour TOUS les enfants, en tant que parents ou référents, le temps est à l’écoute, à la souplesse, à la liberté pour eux de pouvoir exprimer inquiétudes, difficultés, peurs, sans être juger, avec la considération de LEUR POINT DE VUE … Le temps est aux câlins pour apaiser, aux jeux pour rassurer, aux rigolades pour évacuer , de façon à ce que cette empreinte du confinement et de son contexte, soit la plus légère possible et ne devienne pas une cicatrice à guérir.✨😊

Amanda Condamin

Coach en Développement Relationnel et Médiatrice

 

(photo ParisMatch -modifiée)